mercredi 1 septembre 2010

le dernier départ - numerile3


elle composa agilement le code, là sous le volant,
brancha le jack de son minuscule iPod noir,
chaussa les deux écouteurs blanc,
me dit encore quelques mots comme pour me dire à tout à l'heure,
je poussai d'un geste délicat la portière de sa petite 205 verte,
elle me fit un signe attendu et complice avec son sourire éternel,
enclencha la marche arrière,
ses boucles blondes déjà s'éloignaient lentement

le portail était resté ouvert,
une fois fini son demi-tour, je regardai s'éloigner deux lucioles rouges

je n'avais pas compris alors ; ce n'est qu'au petit matin
en refaisant à pied les quelques mètres
qui me séparaient de mon quotidien gisant dans la boîte
que là, cette fois, numerile3 avait tourné la page

une onde de tristesse-bonheur m'envahit,
la lune était telle comme un point sur un i
tout là-haut dans la nuit marine, premier septembre

dans deux jours elle serait à Galashiels, Ecosse,
la-fille qui-n'est-jamais-partie
venait de clore un chapitre
et moi comme un béta j'avais les yeux troublés

see U, Liz !

2 commentaires:

Ch. Sanchez a dit…

Ah ah JeanLou s'émeut ! C'est tout beau :)

nathalie a dit…

Ce texte est très fort !